Interview d’Eric Forget

Maître de chai et directeur de la production


Quelle est l’importance de la qualité du vin pour le cognac ?

Mon rôle au sein de la maison Hine va de la vigne à la mise en bouteille en passant par le contrôle qualité et le vieillissement. Nous nous fournissons essentiellement en vins prêts à distiller ou eaux-de-vie issus d’ugni blanc en Grande et Petite Champagnes. La Grande Champagne, le 1er Cru de cognac, a un avantage majeur : c’est un territoire plus homogène même s’il s’agit d’une région de collines. Bien sûr nous privilégions les coteaux aux sols de graves des bords de la Charente. En réalité, le cru est une définition géographico-politique et la parcelle doit primer. Comme beaucoup d’autres maisons de négoce, nous avons également acheté un domaine à Bonneuil planté de 70 hectares de vignes. Après le terroir, l’essentiel pour les vins réside dans le contrôle des fermentations, la limitation de l’oxydation… tout simplement les bonnes pratiques du monde du vin. Quant aux eaux-de-vie, elles doivent systématiquement être distillées avec leurs lies fines, véritables pièges à arômes donnant gras et corps au cognac. Artisans et pragmatiques, nous cherchons lors de la distillation à tirer le maximum de la matière première par des réglages fins et mouvants, adaptés à chaque lot. Nous obtenons ainsi des cognacs plus légers et riches en éléments fruités et floraux.

Comment arrivez-vous à conserver des notes florales dans toute votre gamme ?

Pour l’élevage de nos cognacs, nous cherchons à conserver leur finesse, leur délicatesse et leur richesse en arômes. Le passage en fûts neufs est donc très léger, quelques mois à peine. En règle générale, nos fûts sont moins brûlés pour éviter tout arôme de bois brut et aussi l’excès de fumée, de caramel, de chocolat ou encore de réglisse, trop masquants. Nos chais sont célèbres pour leur situation au bord de la Charente ou encore en Grande-Bretagne où le climat est plus humide, donnant ainsi des eaux-de-vie plus rondes. Enfin nous évitons d’avoir trop de rancio, la traduction de l’oxydation du cognac dans le bois, pour ne pas avoir des eaux-de-vie monochromes et amères. Nous recherchons à obtenir un cognac le plus véritable possible.

Quel est l’intérêt des millésimes dans le cognac ?

Le cognac est comme le champagne un produit d’assemblage avant tout bien que chaque récolte soit unique. Il faut garder les qualités d’une cuvée alors que les années ne se ressemblent jamais. L’idée des millésimes est de proposer une autre vision, celle du cognac comme un vin, sensible aux années chaudes et froides. La distillation puis la part des anges concentrent neuf fois les arômes (il faut l’équivalent de neuf bouteilles de vin pour obtenir une bouteille de cognac) donc les différences entre les millésimes sont davantage marquées. Nous proposons ainsi de petits lots issus de fûts scellés et contrôlés des millésimes que nous jugeons très bons ou exceptionnels.

Votre sélection

Go

Pas d’articles

Nos suggestions